Dans la lutte contre la pauvreté et la faim, des communautés informées et autonomes sont la clé de l’indépendance et de la résilience.

Nous intégrons donc le renforcement des capacités dans toutes nos activités. En d’autres termes l’approche d’entraide – soutenir les gens pour qu’ils aient suffisamment de connaissances, de compétences et de soutien pour s’aider eux-mêmes.

VSF-Suisse encourage ainsi le renforcement des capacités afin de fortifier les groupes de population vulnérables et leur bétail et de les préparer aux catastrophes futures.

Dans la lutte contre la pauvreté et la faim, des communautés informées et renforcées sont la clé de l’indépendance et de la résilience.

Genauso wie der Schmetterling seine vier Flügel zum Fliegen braucht, benötigt auch eine Gesellschaft diese vier Flügel des «Kapazitätsentwicklungs-Schmetterlings» um Entwicklung und Innovation zu erzeugen. Nur so kann ein Wandel nachhaltig gelingen. (DEZA, SDC, 2006)

Qu’est-ce que cela signifie concrètement ? Comment le renforcement des capacités est-il mis en œuvre ?

Le renforcement des capacités peut prendre la forme de cours de formation, d’ateliers, de formation et de formation continue.

Afin de renforcer les individus et les communautés, les trois éléments clés suivants constituent la base du développement des capacités de tous les projets de VSF-Suisse :

1. Promotion des processus d’apprentissage et d’action par la participation

Les communautés sont les actrices des processus d’apprentissage responsables. Elles sont soutenues dans l’acquisition et/ou le développement de compétences afin d’assurer la satisfaction des besoins existentiels d’une manière durable et responsable.

C’est ainsi que peut se présenter la formation VSF-Suisse : avec de nouvelles techniques agricoles mieux adaptées aux nouvelles conditions climatiques, nous soutenons les petits agriculteurs du Somaliland et de Djibouti.

Dans les régions arides, les communautés agricoles et nomades sont particulièrement menacées par les périodes de sécheresse dues au changement climatique La formation visant à renforcer leurs capacités, telle que celle fournie par VSF-Suisse pour restaurer les pâturages dégradés ou améliorer l’alimentation animale, est particulièrement importante.

De nombreux Togolais luttent quotidiennement pour leur survie. En augmentant spécifiquement la productivité de leur cheptel (par exemple dans l’élevage de petits animaux), leur sécurité alimentaire peut être garantie et leurs revenus améliorés.

VSF-Suisse poursuit l’objectif de travailler avec la population, des jeunes aux plus âgés, afin de trouver des moyens de générer de la nourriture et des revenus et de renforcer les organisations paysannes et leur intégration dans les organisations faîtières. Nos responsables de programmes, comme Christian Wirz (voir photo), s’y engagent corps et âme!

Sortir des sentiers battus – La formation ne doit pas toujours se dérouler dans le cadre habituel. Comme ici en Éthiopie par exemple, où ces activités se déroulent directement sur le terrain.

2. Mise en œuvre par le biais des structures et organisations sur place

La mise en œuvre avec et au travers des structures municipales est indispensable. VSF-Suisse renforce les communautés pastorales et établit des relations avec les ONG et les institutions (publiques). Grâce à une collaboration étroite avec divers réseaux, les communautés sont renforcées et soutenues dans la réalisation de leurs objectifs de développement.

Un vétérinaire de VSF Suisse soigne les animaux de deux ci-devant enfants soldats qui ont participé au programme de repeuplement de VSF Suisse à Leer, au Soudan du Sud.

La coopération est importante pour nous ! Nous entretenons d’étroites relations avec d’autres organisations humanitaires, comme UNICEF. (©Tom Martin)

Les forces communautaires de santé animale en Éthiopie en action!

Mais il n’y a pas que les organismes de secours qui sont importants pour nous. Notre travail avec des auxiliaires-vétérinaires, comme par example au Soudan du Sud, nous tient également à cœur.

Grâce à une coopération plus étroite et plus forte entre VSF-Suisse et VSF Allemagne. nous unissons nos forces pour améliorer la vie des groupes vulnérables dans la Corne de l’Afrique.

3. Mise à niveau des systèmes existants

Afin d’assurer des changements durables malgré la courte durée de certains projets, VSF-Suisse reprend les systèmes existants et les améliore ou les développeen collaboration avec les communes. De cette façon, des changements durables pour et avec les communautés peuvent être réalisés malgré un temps de mobilisation minimal, en particulier dans les projets d’urgence.

Grâce à des ateliers dans la zone Liben de l’Éthiopie (en haut) et au Togo (en bas), le bétail peut maintenant être nourri pendant les périodes de sécheresse.

Afin de promouvoir la sécurité alimentaire en période de changement climatique, il faut trouver et approfondir de nouvelles technologies innovantes. Enoptimisantlaproduction d’aliments pour animaux et de semences résistantes au climat, nous pouvons augmenter les rendements de l’élevage et des cultures arables.

L’égalité entre hommes et femmes est également une question qui nous tient à cœur. Nous soutenons d’importantes sources de revenus pour les femmes, comme la production de noix de karité au Togo.

Nous encourageons également la transformation de certains produits. Par exemple, nous avons développé un four (voir photo à droite) pour la transformation des noix de karité au Togo. Comme la transformation nécessite beaucoup de bois, le poêle est chauffé avec des coquilles de noix au lieu de bois tropical – économisant ainsi le bois tropical et protégeant la forêt!

VSF-Suisse crée et épaule des pharmacies vétérinaires. C’est absolument nécessaire ; sans cela, 4,2 millions de traitements vétérinaires n’auraient jamais pu être administrés, comme VSF-Suisse l’a fait en 2018 avec les communes et les auxiliaires-vétérinaires.

Qu’a déjà réalisé VSF-Suisse avec l’approche de renforcement des capacités?

Sans le renforcement des capacités, aucun de nos projets ne pourrait être mis en œuvre et achevé avec succès. Ce n’est qu’en partageant nos connaissances que nous pourrons, par exemple, promouvoir l’adaptation aux conditions climatiques changeantes avec les chameaux au Kenya, renforcer la résilience des nomades en améliorant la santé animale dans la Région Somali en Éthiopie ou réintégrer les enfants affectés par le conflit et leurs familles au Soudan du Sud. Chaque projet réussi est donc directement lié au succès du renforcement des capacités.