Au cours des cinq années qui ont suivi l’adoption de l’agenda 2030 des Nations unies et de ses objectifs de développement durable (ODD), de nombreux acteurs ont pris des mesures innovantes pour mettre en œuvre cet objectif mondial ambitieux. Suite à un appel à propositions de bonnes pratiques et d’exemples de réussite de la mise en œuvre de l’agenda 2030 et des ODD, le Département des affaires économiques et sociales des Nations unies (DAES) a reçu et examiné près de 700 propositions de gouvernements, d’entités du système des Nations unies et d’autres organisations internationales. Nous sommes heureux d’annoncer que notre contribution sur le thème des Auxiliaires Villageois d’Élevage (AVE) au Soudan du Sud, élaborée par Sara Imbach de VSF-Suisse, Martin Barasa de VSF Allemagne et Margherita Gomarasca de VSF-International, a été choisie pour être publiée !

Les Auxiliaires Villageois d’Élevage (AVE) : assurer des services de santé animale de haute qualité dans les systèmes de production animale peu accessibles

Dans le Soudan du Sud, en proie aux conflits, plus de la moitié de la population dépend du bétail pour survivre. Les infrastructures des services vétérinaires publics sont délabrées, l’accès aux services de santé animale est fortement limité et les maladies endémiques d’importance économique entraînent de lourdes pertes pour les éleveurs. Dans ce contexte, nous promouvons le modèle des Auxiliaires Villageois d’Élevage comme une option rentable et locale pour assurer l’accès à des services de santé animale de qualité. Cette pratique contribue à protéger les principaux moyens de subsistance et à donner accès aux aliments d’origine animale, améliorant ainsi la sécurité alimentaire, nutritionnelle et de revenu des populations les plus vulnérables.

Une étude menée par l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (ONUAA) en 2016 a révélé que les AVE étaient les prestataires de services de santé animale préférés au Soudan du Sud en raison de la disponibilité, de l’accessibilité financière et de la qualité supérieure de leurs services. Dans de nombreux endroits, les AVE sont même la seule forme de service de santé animale disponible.

Parmi leurs effets avérés, on peut citer :

– une réduction du nombre de foyers de maladies

– la baisse de la mortalité des animaux malades et de la mortalité en période de crise

– l’augmentation de la productivité, de la production laitière et de la fertilité des animaux

– l’augmentation du revenu des agriculteurs par la vente de lait et d’animaux en bonne santé

– l’amélioration de la sécurité alimentaire et de la nutrition des communautés d’éleveurs

– une meilleure gestion de la santé et du bien-être animal et de la sécurité/l’hygiène des aliments d’origine animale.

Le système AVE a montré qu’il est un modèle viable pour la prestation de services de santé animale, en particulier dans les zones fragiles ou éloignées qui ne disposent pas de systèmes stables de prestation de services publics. Sa mise en œuvre implique une participation communautaire très forte qui renforce son acceptation, sa facilité d’utilisation et sa reproductibilité. L’un des plus grands succès mesurables du système CAHW a été l’éradication réussie de la peste bovine au Soudan du Sud.

Pour lire le texte dans son intégralité, visitez : https://sustainabledevelopment.un.org/partnership/?p=29469

Impressions du travail des CAHW formés par VSF-Suisse au Soudan du Sud. © VSF-Suisse