Image © FAO

Les criquets pèlerins continuent d’être présents dans toute la Corne de l’Afrique. Bien que les essaims actuels soient plus petits et moins nombreux, l’impact sur les communautés touchées reste élevé et peut conduire à une vulnérabilité accrue des communautés pastoralistes et agro-pastoralistes de la Corne de l’Afrique, affectant leurs moyens de subsistance, leur sécurité alimentaire et leur état nutritionnel.

 

Le texte suivant est un communiqué commun de la Regional Desert Locust Alliance (RDLA)*, dont VSF-Suisse fait partie.

 

Suite à la reproduction extensive qui a eu lieu fin 2020, les criquets pèlerins restent présents dans toute la Corne de l’Afrique. De plus, les pluies récentes dans certaines régions du Kenya et de l’Éthiopie permettent aux essaims actuels de mûrir et de pondre des œufs, ce qui conduirait à une nouvelle génération. Selon l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), la situation actuelle diffère de celle de l’année dernière à la même époque, dans la mesure où les essaims actuels sont plus petits et moins nombreux. L’impact sur les communautés touchées reste toutefois élevé. Outre les multiples vagues de criquets pèlerins, les communautés ont également été confrontées à de multiples crises en 2020, notamment les conflits, les cyclones, les inondations et les périodes de sécheresse, ainsi que les conséquences sociales et économiques de la pandémie de Covid-19.

Les perspectives de sécurité alimentaire de janvier 2021 indiquent qu’environ 30,9 millions de personnes sont désormais confrontées à une insécurité alimentaire grave (IPC 3 ou plus) dans un certain nombre de pays de la région, notamment à Djibouti, en Éthiopie, au Kenya, en Somalie, au Soudan du Sud et en Ouganda. Les criquets pèlerins devraient avoir un impact sur la production agricole et sur les pâturages du bétail, ce qui aurait des conséquences négatives sur la sécurité alimentaire de millions de personnes dans la région, en particulier les groupes vulnérables.

Selon l’évaluation d’impact de la FAO réalisée entre octobre et décembre 2020, environ un tiers des ménages cultivateurs et la moitié des ménages éleveurs ont subi des pertes de récoltes et de pâturages liées aux criquets pèlerins. En outre, 7 répondants touchés sur 10 ont subi des pertes élevées ou très élevées de leurs cultures et de leurs pâturages en Éthiopie, au Kenya et en Somalie. Les personnes interrogées ont également exprimé leur inquiétude quant à l’augmentation de l’insécurité alimentaire et de la malnutrition due aux criquets pèlerins, au stress émotionnel et à l’anxiété, ainsi qu’aux problèmes liés à la santé animale et humaine, en plus des dommages directs causés aux cultures et aux pâturages.

Pour de nombreuses communautés rurales, le pastoralisme et l’agriculture constituent la principale source d’alimentation et de subsistance. Entre avril 2020 et janvier 2021, la RDLA a apporté un soutien à 424 888 ménages, que ce soit enmatière de sécurité alimentaire ou de moyens de subsistance, dont 58 % ont été fournis sous forme d’argent liquide. Elizabeth, membre de l’un des nombreux ménages touchés par le criquet pèlerin dans le comté de Marsabit au Kenya, explique : « Investir en faveur des femmes touchées porte ses fruits, comme vous pouvez le constater avec ma récolte. Je suis vraiment reconnaissante à Welthungerhilfe et à PACIDA [eine lokale NGO] d’avoir choisi de travailler avec les femmes pour nous rendre productives et répondre aux besoins de nos enfants en ces temps difficiles. Mes enfants et ma mère ressentent déjà le changement, en particulier l’amélioration de l’alimentation. Ils apprécient tous le porridge enrichi de niébé et le chapati avec le ragoût de haricots. Cela me rend tellement heureuse en tant que mère ».

Sans un soutien continu, la crise du criquet pèlerin – aggravée par d’autres chocs – entraînera une vulnérabilité accrue des communautés pastoralistes et agro-pastoralistes dans toute la Corne de l’Afrique, affectant leurs moyens de subsistance, leur sécurité alimentaire et leur état nutritionnel. La RDLA appelle les donateurs et les gouvernements à continuer à soutenir les communautés touchées par la crise dans toute la région. Il est particulièrement important de continuer à financer les intervenants de première ligne, notamment les acteurs locaux et nationaux qui sont en mesure de fournir une sécurité alimentaire immédiate et un soutien aux moyens de subsistance, de renforcer les systèmes de surveillance communautaires et de sensibiliser les communautés aux opérations de contrôle et de surveillance du criquet pèlerin.

 

*L’Alliance régionale contre le criquet pèlerin rassemble des ONG nationales et internationales qui répondent à la crise du criquet pèlerin dans la Corne de l’Afrique. L’Alliance a été créée en février 2020 en réponse à la menace croissante que représente le criquet pèlerin pour la sécurité alimentaire et les moyens de subsistance dans neuf pays de la Corne de l’Afrique – Djibouti, Érythrée, Éthiopie, Kenya, Somalie, Soudan du Sud, Soudan, Ouganda et République-Unie de Tanzanie.