Berne/Juba. 31 mai 2021

La Corne de l’Afrique traverse une grave crise. La situation alimentaire actuelle est précaire et les prévisions pour le reste de l’année 2021 sont alarmantes. Selon l’initiative de classification intégrée des phases de la sécurité alimentaire (IPC), plus de 15 millions de personnes en Éthiopie, au Kenya, en Somalie et au Soudan du Sud sont menacées d’ici la fin du premier semestre 2021. La menace d’une famine plane même sur certaines régions du Soudan du Sud. Cette situation est à imputer aux effets combinés des inondations, de la sécheresse, d’une invasion de criquets pèlerins, de divers conflits et de la pandémie de Covid-19. La communauté internationale est appelée à agir immédiatement.

 

Sans aide ciblée, une famine est imminente au Soudan du Sud

Au Soudan du Sud, l’insécurité alimentaire est grave et a atteint des niveaux jamais vus depuis des années. Les projections prévoient que 7,2 millions de personnes seront touchées par une insécurité alimentaire aiguë (IPC-phase 3 ou plus) d’ici juillet 2021. Cela signifie que 60 % de la population totale du pays subira des carences dans son alimentation quotidienne et la malnutrition qui en découle. On s’attend même à ce que 100 000 personnes soient en état de famine en 2021 (phase 5 de l’IPC). 1,8 million de femmes et d’enfants de moins de 5 ans souffrent de malnutrition aiguë et la situation continue de se détériorer.

Les inondations et les mouvements de fuite de la population subséquents sont responsables de la précarité de la situation alimentaire au Soudan du Sud. La situation est aggravée par les conflits, la faiblesse de l’économie et les mauvaises récoltes. L’ONU ainsi que d’autres organisations internationales et locales appellent d’urgence au financement et à la mise en œuvre de mesures d’aide d’urgence ciblées afin qu’une famine puisse encore être évitée. VSF-Suisse est déjà sur place et fournit une aide d’urgence.

 

La situation en Éthiopie, au Kenya et en Somalie

La situation alimentaire est également tendue en Éthiopie, au Kenya et en Somalie. Dans les trois pays, la faible saison des pluies et la sécheresse qui en découle, ainsi que les dégâts causés aux pâturages et aux cultures par les criquets pèlerins sont considérés comme les principales raisons. À cela s’ajoutent les problèmes économiques, les conflits régionaux et l’accès difficile à la nourriture dans les zones reculées en raison des mesures contre la Covid-19 (restrictions à la circulation des personnes et des biens).

En Éthiopie, bien que des interventions humanitaires aient déjà été menées et que les pluies soient finalement arrivées au printemps et ce, après beaucoup d’appréhension, on estime que 12,9 millions de personnes (11 % de la population totale du pays) devraient être confrontées à des niveaux élevés d’insécurité alimentaire aiguë (phase 3 de l’IPC ou plus) d’ici la fin juin 2021.

Au Kenya, les estimations actuelles placent la sécurité alimentaire de 1,8 million de personnes dans une situation « critique » (phase 3 de l’IPC ou plus). 239 000 personnes sont en situation d’urgence (phase 4 de l’IPC) et présentent des carences importantes dans leur alimentation quotidienne. 541 700 enfants de moins de cinq ans et 98 800 femmes enceintes ou allaitantes souffrent de malnutrition aiguë.

En Somalie, jusqu’à 2,7 millions de personnes (17% de la population totale du pays) risquent de souffrir d’insécurité alimentaire aiguë (phase 3 de l’IPC ou plus) d’ici la mi-2021 en l’absence d’aide humanitaire. En outre, quelque 840 000 enfants de moins de cinq ans souffrent de malnutrition aiguë. Le soutien aux populations de la Corne de l’Afrique doit se poursuivre.

 

Image : Les équipes de VSF-Suisse fournissent à 83 000 personnes du comté d’Aweil South au Soudan du Sud des kits de culture de légumes et de pêche pour compléter le régime alimentaire des familles avec des aliments à haute valeur nutritionnelle et ainsi réduire la malnutrition. © VSF-Suisse