Programme de survie au Puntland

Aperçu des projets:

Pays

Somalie

Nom du projet:

PSLP

État du projet

terminé

Durée:

Début: 01.10.2010
Fin: 30.09.2011
11 mois

Budget

USD 837’400

financé par

DFAE

Zone du projet

Sujets

Tags

Contexte du projet:

Suite à une guerre civile sanglante dans les années 90, le pays se trouve depuis dans une situation confuse où les conflits de clan et le manque de gouvernance gangrènent le pays. Le pays traverse une crise complexe et chronique avec certains des pires indicateurs de développement humain au monde.

La Somalie est un des pays les plus pauvres au monde.

La Somalie est l’un des pays les plus pauvres du monde et se classait 161e sur 163 pays selon l’IDH du PNUD en 2001. la pauvreté ne cesse d’augmenter et 43% de la population survivent avec moins d’1$ par jour. Chaque ressource est sous le contrôle anarchique de clans, sous-clans, milices et seigneurs de guerre. Dans cette situation difficile et complexe, la survie dépend totalement de l’appartenance aux clans. Puntland a déclaré son autonomie en 1998 et connut une période relativement calme alors que le Sud et le Centre étaient en guerre. Du coup, la région a connu un afflux de réfugiés importants.

Près de 80% de la population somalienne dépend de l’élevage, le lait et la viande couvre 60% des besoins alimentaires. Les animaux de ferme sont les biens les plus précieux des éleveurs, couvrant 60 % des besoins en revenus de subsistance. La production animale au Puntland est compliquée en raison des sécheresses et du manque d’eau.

Maladies animales = pertes

Comme le système public de santé animale et les institutions privées de services ne fonctionnent pas correctement, les maladies animales restent le plus grand problème, ce qui signifie une perte de possession et de productivité. Si l’animal reste le meilleur atout pour la population du Puntland, la production animale est difficile dans une région où la sécheresse et le manque d’eau sont monnaie courante. Les animaux sont souvent atteints de maladies synonymes de pertes pour l’éleveur. Dans ces conditions, des programmes de promotion de la santé animale sont essentiels pour renforcer la résistance des animaux et améliorer ainsi les conditions de vie des humains de manière durable.
.

Survivre grâce à la pêche

Le secteur de la pêche au Puntland est très important : d’une part, il garantit la production de devises fortes pour l’État grâce à l’exportation de poisson et de produits de la pêche, d’autre part, il fournit des emplois à de nombreuses communautés défavorisées, notamment les pêcheurs traditionnels, les personnes déplacées à l’intérieur du pays et les anciens éleveurs de bétail. De nombreux ci-devants éleveurs de bétail sont partis à la pêche après avoir perdu leur bétail lors de sécheresses. Pour beaucoup de pêcheurs, la pêche est le seul revenu pour la famille. Le manque de marchés alternatifs et l’absence de concurrence ont un impact négatif sur le revenu des pêcheurs.

Il y a un réel besoin de promouvoir les marchés locaux car le poisson est une excellente alternative nutritive et bon marché à la viande. De plus, à l’exception de quelques espèces de poissons, la Somalie ne vend pas sur le marché international des fruits de mer en raison de problèmes logistiques, de l’absence de système de certification et du manque de qualité. Il n’existe pas non plus de directives, ni d’autorité de contrôle. Les efforts de VSF-Suisse à Puntland ont donc visés le renforcement des autorités locales et l’amélioration des conditions de vie en milieu rural. Mais ce soutien doit continuer pour les éleveurs et les pêcheurs afin de garantir leur approvisionnement de manière durable. Un soutien supplémentaire dans les secteurs de la production animale et de la pêche est nécessaire pour que les éleveurs et les communautés pauvres et défavorisées puissent assurer leur approvisionnement alimentaire.

Projet:

La population nomade du Puntland dépend du bétail pour sa survie. Ils sont la principale source de nourriture et de revenus pour eux. Cependant, l’évolution des conditions environnementales affecte la productivité des animaux. Les longs trajets de transport et les mesures d’hygiène insuffisantes font que les produits ne sont souvent plus parfaits. Les moyens de subsistance de nombreuses personnes sont menacés.

VSF-Suisse encourage la production et la commercialisation de la viande sèche de chameau, connue sous le nom de hodka. La hodka représente traditionnellement une importante source de revenus pour les femmes. Une étude a montré que l’abattage des chameaux ainsi que la transformation et le stockage de la viande présentent des déficits importantes en matière d’hygiène. L’offre de viande séchée de mauvaise qualité a entraîné un effondrement du marché. Il en va de même pour la transformation et la vente du lait. Le projet est l’une des six composantes d’un programme à grande échelle dans la région. L’accent est mis sur la formation des femmes à la production hygiénique et à la commercialisation de la viande et du lait de chameau.

projets de référence en Somalie