Sécurité alimentaire à la base de viande issue de l’entrepreneuriat social

Aperçu du projet

Pays

Togo

Nom du projet

SALVES

État du projet

Actif

Durée

Début 01.01.2020
Fin 31.12.2022
36 mois

Budget

CHF 350’000

Financé par

  • Fonds de loterie des cantons de Berne, Argovie, Grisons, Glaris et Obwald
  • Canton de Bâle-Ville
  • Villes de Lancy, Pully et Onex
  • Communes de Bottmingen et Küsnacht
  • Greendale Charitable Foundation
  • Rotary Club Saanen

Partenaires

  • ETD (Entreprises et Développement des Territoires)
  • FENAPFIBVTO (Fédération Nationale des Professionnels de la Filière Bétail et Viande du Togo)
  • OADEL (Organisation pour l’Alimentation et le Développement Local)

Zone du projet

Sujets

Tags

Contexte

Au Togo, plus d’un tiers des ménages éprouvent des difficultés à satisfaire leurs besoins alimentaires et nutritionnels. Les femmes enceintes et allaitantes, ainsi que les enfants sont les plus touchés par les carences en micronutriments, en particulier en fer : 70% des enfants âgés de 6 à 59 mois souffrent de l’anémie.

Avec l’augmentation de la démographie et de la pauvreté, l’alimentation de rue est devenue une pratique courante. Paradoxalement, cette activité n’est pas supervisée par les autorités et représente un risque sanitaire pour la population.

En effet, les maladies alimentaires sont récurrentes, en particulier celles liées à la consommation de denrées d’origine animale produites dans des conditions hygiéniques et sanitaires à haut risque.

Toutefois, le Togo dispose d’un grand cheptel de petits ruminants qui représente une opportunité pour combattre l’insécurité alimentaire et la pauvreté du pays.

 

Objectif

L’objectif est d’améliorer des revenus de 1000 ménages (800 petits agro-éleveurs ruraux et 200 acteurs informels du secteur viande) et la la sécurité alimentaire des ménages urbains dans les villes ciblées (Lomé, Notsé, Atakpamé, et Blitta).

Les objectifs spécifiques sont les suivants :

  1. La production et la productivité des petits élevages (ovins et caprins) ont augmenté.
  2. Les petites exploitations sont intégrées dans un système de commercialisation viable.
  3. La sécurité et l’hygiène alimentaires se sont améliorées tout au long de la chaîne de valeur.
  4. La consommation de viande locale saine provenant des petites exploitations agricoles a augmenté au sein de la population urbaine dans les villes ciblées.

Approche

Le projet s’inspire de l’approche de développement systémique des marchés (DSM) en particulier pour améliorer l’appui-conseil au niveau des petits agro-éleveurs.

En plus, le projet cible l’ « entrepreneuriat social » par l’appui de trois « entreprises sociales des organisations paysannes » et par cela, soutient un modèle qui a fait ses preuves dans d’autres secteurs alimentaires locaux (le soja et le riz).

 

Lesquels des 17 objectifs de développement durable des Nations Unies ce projet poursuit-il ?

 

    

Autres projets dans le pays