En Afrique de l’Ouest, la période de migration – aussi connue sous le terme de transhumance – a débuté pour de nombreux agro-pastoralistes. À l’instar des paysans suisses qui, en été, déplacent leurs troupeaux dans les Alpes pour profiter des pâturages de montagne verdoyants, des paysans du monde entier suivent également un schéma de transhumance saisonnière. En effet, les pâturages locaux fournissent suffisamment de nourriture qu’à une certaine période et il est nécessaire de se déplacer le reste de l’année pour nourrir les troupeaux. Mais les délimitations des zones de pâturage ne sont souvent pas clairement définies et peuvent se situer dans différents pays.

En Afrique de l’Ouest, la transhumance transfrontalière a créé de nombreuses tensions avec les agriculteurs sédentaires pour des raisons liées à la gestion de l’espace et des ressources (comme par exemple pour l’eau et les pâturages). Dans la région de la forêt d’Abdoulaye au Togo, où VSF-Suisse est actif depuis de nombreuses années, la problématique de la transhumance est également présente : de nombreux conflits entre agriculteurs sédentaires et agro-pastoralistes nomades ont eu lieu dans le passé. C’est la raison pour laquelle, cette année, VSF-Suisse a introduit des mesures pour permettre aux différents groupes de se rencontrer pacifiquement.

. . .