Kenya

Contexte

Le Kenya compte près de 53 millions d’habitant-e-s et son produit intérieur brut par habitant-e est de 1 817 dollars US. On s’attend à ce que les effets du changement climatique mondial en Afrique frappent particulièrement durement l’agriculture, et que les zones sèches et semi-arides – qui représentent déjà plus de 70 des terres du pays au Kenya – continueront de s’étendre. Les sécheresses et les inondations de plus en plus fréquentes rendront impossible la survie des agriculteurs et des éleveurs, à moins qu’ils ne s’adaptent aux circonstances changeantes.Des vagues de chaleur, des sécheresses et des inondations toujours plus fréquentes vont rendre impossible la survie des agriculteurs et des éleveurs – à moins qu’ils ne s’adaptent aux nouvelles conditions.

L’agriculture dans les zones arides touchées est déjà très difficile à exploiter. C’est pour cette raison que les gens se tournent de plus en plus vers l’élevage, qui est cependant limitée elle aussi: Mais même alors, ils atteignent leurs limites, parce que leurs vaches trouvent tout simplement trop peu de nourriture et ne s’entendent pas sans eau pendant très longtemps. De surcroît, une courte période de stress suffit pour qu’elles ne produisent plus de lait.

Le dromadaire, en revanche, est très bien adapté à ce climat rude et inhospitalier. Il représente à plus d’un titre une alternative intéressante aux cheptels bovins. Contrairement aux vaches, les camélidés produisent du lait même durant les périodes de sécheresse et ont besoin de beaucoup moins d’eau. De plus, le lait de dromadaire est riche en vitamines C et en minéraux, et ils mangent même les feuilles des arbres épineux, comme celles des acacias. Leur lait gras couvre plus de la moitié des besoins caloriques quotidiens dans de nombreuses communautés pastorales. En outre, les chameaux sont des animaux de charge appropriés et des fournisseurs de viande. Leurs semelles douces et en type de plaque épargnent également les sols et les plantes.

Ainsi, les camélidés peuvent jouer un rôle-clé dans la survie de milliers de personnes. C’est la raison pour laquelle VSF-Suisse soutient le passage progressif de l’élevage de bovins à celui des dromadaires. En conséquence, nous avons notamment lancé des formations et des campagnes de sensibilisation sur l’entretien des camélidés, l’hygiène laitière et sa transformation. Les campagnes de vaccination à grande échelle et la sensibilisation des vétérinaires locaux assurent également la santé animale à long terme.

Sur le terrain depuis : 2000

Activités à :Nairobi, Mandera, Isiolo

Nombre de projets : 6

Partenaires clés : DDC. UE, FAO, Fondation Biovision

Nombre d’employé-e-s : 12

La Direction du développement et de la coopération (DDC), Département fédéral des affaires étrangères (DFAE), soutient des programmes dans le pays.

Kenya

Projets actifs Kenya

Projets de référence Kenya

Actualités

Surveillance des maladies animales

Surveillance des maladies animales

L’institut de santé publique vétérinaire de l’université de Berne, le Network for EcoHealth and One Health (NEOH), l’office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV) et les Early Career Representatives of the EcoHealth International ont...

lire plus
La sécheresse s’aggrave dans la Corne de l’Afrique

La sécheresse s’aggrave dans la Corne de l’Afrique

Après les sécheresses catastrophiques de 2011 et de 2016-2019, les pays de la Corne de l'Afrique dont la Somalie, le Kenya et l'Éthiopie se trouvent à nouveau dans une situation précaire. Les effets néfastes de la sécheresse actuelle sur les populations et les animaux...

lire plus
Communiqé de presse : Crise alimentaire imminente dans la Corne de l’Afrique

Communiqé de presse : Crise alimentaire imminente dans la Corne de l’Afrique

Berne/Juba. 31 mai 2021 La Corne de l'Afrique traverse une grave crise. La situation alimentaire actuelle est précaire et les prévisions pour le reste de l'année 2021 sont alarmantes. Selon l’initiative de classification intégrée des phases de la sécurité alimentaire...

lire plus