Fourniture de services de santé animale, amélioration de la sécurité alimentaire, sensibilisation à la santé publique et réduction des conflits

Aperçu du projet

Nom du projet

CCLERP

État du projet

Actif

Durée

Début

01.08.2020

Fin

31.07.2022

Budget

USD 1’207’878

Financé par

En collaboration avec

 

Zone du projet

Sujets

Tags

Contexte

La guerre civile qui a éclaté en décembre 2013 au Soudan du Sud a depuis lors eu un grave impact sur la vie et les moyens de subsistance des populations du Great Upper Nile (GUN), entraînant des mouvements de réfugiés. En 2020, on compte environ 1,6 million de personnes déplacées à l’intérieur du pays et 2,2 millions de réfugiés qui ont été déplacés vers des États voisins tels que le Soudan, l’Éthiopie, la République démocratique du Congo, l’Ouganda ou le Kenya.

Beaucoup de ceux qui ont fui en raison de la crise sont retournés au Soudan du Sud entre 2017 et 2019. Environ 85 % d’entre eux ont exprimé leur intention de rester de façon permanente et 87 % de s’installer dans leur ancien lieu de résidence. L’incertitude quant à la sécurité dans les destinations finales a été citée comme une raison majeure de la réticence au retour.

Toutefois, les difficultés croissantes liées aux moyens de subsistance au Soudan et en Éthiopie et l’amélioration du contexte sécuritaire au Soudan du Sud risquent d’entraîner une escalade du taux de retour. Cela aggrave le problème déjà existant de l’insécurité alimentaire dans le pays et présente un risque potentiel de conflit, car les moyens de subsistance au Sud-Soudan sont déjà faibles. La population résidente qui a résisté à la crise a subi une escalade de l’insécurité alimentaire. 6 millions de personnes, soit environ 51% de la population du Soudan du Sud, souffrent d’une grave insécurité alimentaire (statu quo 2020, USAID). La région du Greater Upper Nile reste la plus touchée.

De manière significative, le conflit a eu une dimension sexospécifique prédominante. Sur les 1,6 million de personnes déplacées à l’intérieur du pays, jusqu’à 80% des ménages sont dirigés par des femmes et parmi les 2 216 652 réfugiés dans les pays voisins, 86% sont des femmes et des enfants (femmes 23% ; enfants 63%; UNHCR).

Malgré le calme relatif résultant du cessez-le-feu entre les deux principaux rivaux politiques nationaux et de la formation d’un gouvernement de transition, Ila violence liée au bétail et à la vengeance a persisté dans le pays. La vengeance s’est établie comme un mécanisme socioculturel et historiquement déterminé au Soudan du Sud. La pratique du vigilantisme a été encore intensifiée par la disponibilité des armes à feu et l’expérience de la guerre civile.

Cette situation est par ailleurs exacerbée par les conséquences dévastatrices des inondations de 2019 dont les effets ont contribué à la destruction des cultures et des terres agricoles submergées et à la mortalité estimée de 26 % des bovins, 23 % des ovins et des caprins et 9 % des volailles. Les inondations ont persisté jusqu’en février 2020 dans la plupart des zones touchées, ce qui a eu un impact négatif supplémentaire sur la santé du bétail, entraînant des pertes et une réduction de la production. Depuis juin 2020, de nouvelles inondations graves ont eu lieu dans le pays. Selon le Programme alimentaire mondial, la vie de 700 000 personnes a été affectée, et leur bétail, leurs fermes et leurs récoltes ont été gravement compromis.

 

Projet

Le but du projet est de contribuer à l’amélioration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle des personnes vulnérables, touchées par le conflit, déplacées et rapatriées au Sud-Soudan, par des campagnes de traitement du bétail et de vaccination, incluant des messages sur la nutrition et la paix. Le programme vise 1 400 000 personnes dans le Great Upper Nile.

Les schémas, les incidences et les effets des maladies du bétail ont changé avec les inondations et constituent une menace importante pour les moyens de subsistance des populations du Greater Upper Nile qui dépendent de l’élevage, avec des risques accrus pour la santé publique en ce qui concerne les maladies tropicales endémiques, émergentes et négligées et importantes pour la santé publique telles que la rage, la fièvre de la vallée du Rift (FVR), la brucellose, le charbon, la tuberculose et la grippe aviaire.

Nos interventions comportent de multiples activités :

  • La fourniture de services de santé animale sur la base des coûts grâce au renforcement des capacités.
  • La formation et le soutien des travailleurs communautaires en santé animale (CAHW).
  • Le traitement du bétail et les campagnes de vaccination comme incitation à promouvoir une existence pacifique au sein des communautés en conflit.
  • Des campagnes de sensibilisation à la santé publique, des messages appropriés sur la nutrition, l’hygiène alimentaire, une santé incluant les maladies tropicales négligées parmi d’autres zoonoses préoccupantes pour la santé publique.
  • La promotion du commerce du bétail et l’autonomisation des femmes et des jeunes.
  • En outre, l’atténuation des conflits sera encouragée par la diffusion de messages de paix lors de la prestation de services de santé animale.

 

Lesquels des 17 objectifs de développement durable des Nations Unies ce projet poursuit-il ?

 

 

Autres projets dans le pays